Image

Mes dispositifs, ma pratique multiple (gravure, photographie, dessin, livre d’artiste, texte) sont autant d’indices de l’(in)visible.

J’ai le souci de regarder la réalité qui gît sous le visible, de proposer des images qui s’échappent à mesure qu’elles se donnent, de recueillir des existences disparues et d’égarer la vision. L’image fluctue, sème le trouble comme si pour mieux approcher la réalité il fallait aussi se mettre à distance. Mes  approches parlent des lieux de l’envers émergeant par fragment tels les épidermes des corps, du corps.

Depuis quelques années je peins, grave ce que je qualifie des îles,  révélant la surface du sable, la vibration du ciel, le vacillement de l’eau. Une géologie picturale s’exilant sur les bords des formats s’est progressivement affirmée dans des aquarelles et des gravures grand format.

Dans chacun de mes déplacements j’explore les limites des cartographies des lieux  et les racontent dans des carnets de voyage (Florence, Venise, les plages de la presqu’île de Crozon, les plages de Vendée, Les Pouilles et le Sud de l’Italie, l’île de Leyrins, l’île de Madère ont ainsi été approchés de 2009 à aujourd’hui).

J’observe le réel dans une expression minimale (art du peu comme peuvent l’évoquer les haïkus)
La plume suit au plus prés la densité de l’aquarelle. Progressivement le réel disparaît. Seules restent des textures, des ponctuations colorées qui paraissent se poser sur le support  papier, telles d’infimes particules, telles des lignes syncopées, tels des signes bruissants et crépitants.

La gravure en taille douce que je travaille ensuite dans mon atelier est couturée (coudre l’image c’est déborder et retourner la surface gravée) et j’y ajoute des collages de petits bouts de riens recueillis dans mon histoire familiale.